GenouRoB

Un examen efficace de la laxité du genou

Le centre médical de Clairefontaine est doté d’un GNRB® appareil permettant de mesurer de façon objective et reproductible la laxité d’un genou dans les suites d’une rupture du ligament croisé antérieur.

Présentation :

Ce dispositif dit "arthromètre" mesure, au dixième de millimètre près, le déplacement du tibia par rapport au fémur en exerçant une poussée mécanique.

Intérêts / avantages :

Cet examen est indolore. Il n’est pas nocif pour le genou. Sa reproductibilité est prouvée, sa fiabilité est supérieure aux examens pratiqués jusqu’alors (KT 1000-Telos).

Protocole :

Le sportif s’installe sur une table d’examen ordinaire, la jambe posée sur une attelle fixée à un socle. Le genou et le pied sont immobilisés par des fixations fermes dont la force de serrage est contrôlée par des capteurs. L’appareil exerce une poussée rigoureusement calculée sur la jambe vers l’avant via un vérin électrique. Dans le même temps un capteur mesure le déplacement (tiroir antérieur) du tibia visible instantanément sur un écran. Les conclusions sont tirées de la comparaison des mesures entre les deux genoux. S’il existe une différence supérieure à  3 mm, cela confirme la rupture complète du LCA. Entre 1,5 et 3 mm, il peut s’agir d’une rupture partielle.

Objectifs :

Mesurer la laxité de façon objective :

  • Après un traumatisme : le diagnostic de rupture du LCA se fait normalement lors de la consultation par les mains d’un médecin entrainé. Elle peut être confirmée par l’IRM. Malgré cela la laxité (ou jeu articulaire) à la suite de cette rupture est variable d’une personne à l’autre. Cette mesure par GNRB®est un des éléments pouvant aider à prendre une décision opératoire ou non et à suivre au fil des mois, sans nouvel examen radiologique, l’évolution de cette laxité.
  • Après une chirurgie réparatrice de ligamentoplastie du LCA : la mesure de la laxité par GNRB®permet de confirmer la qualité mécanique du nouveau ligament, un des éléments rassurants importants avant la reprise des sports à risque.

Le GNRB au centre médical de Clairefontaine

GenouRoB.png

 

 

Exemple :

Nadia, footballeuse de 19 ans, traumatisme du genou :

L’examen clinique initial fait suspecter une rupture du LCA. L’IRM montre une anomalie de signal du ligament mais la rupture n’est pas certaine. Après  trois mois de rééducation sérieuse, Nadia sent son genou stable, elle a totalement récupéré sur le plan musculaire. La mesure par GNRB®  (Cf. figure) montre une différence de laxité de 1,6 mm lors du test à 250N, les courbes restent parallèles.

  • Conclusion : Il s’agit donc d’une rupture partielle.
  • Conséquence(s) pratique(s) : La reprise des entrainements est décidée.  Un nouvel examen trois mois plus tard montre que cette laxité est inchangéeNotre joueuse et son médecin sont donc rassurés de cette évolution favorable.