Retour

Comment rééduquer un sportif opéré du LCA
(Ligament Croisé Antérieur)

fiches médicale_rupture LCA.jpg

La rupture du LCA est une blessure courante dans les sports de pivots. L’indisponibilité varie de 6 à 10 mois. Le but de la rééducation est de reprendre une activité sportive dans les meilleures conditions. Quelques conseils pratiques permettent d’optimiser le retour au terrain.

Le LCA se situe au milieu du genou, d’où son nom de "pivot central". Primordial dans la stabilité du genou, il limite la translation antérieure (tiroir antérieur) et la rotation interne du tibia par rapport au fémur. Il existe différents types de ligamentoplastie (Kenneth Jones, DI-DT, DT4,…) utilisant les tendons situés autour du genou (tendon rotulien, ischio-jambiers,…).

La phase de cicatrisation cutanée dure environ 3 semaines. Il s'agit de diminuer la douleur et le gonflement. Par sécurité, la marche se fait avec cannes anglaises et attelle, de la glace doit être appliquée 20 mn 6 fois par jour et deux exercices en position allongée sont préconisés : le premier "écrase coussin" consiste à contracter le quadriceps durant 7 secondes en  écrasant le coussin placé sous le genou sans décoller le talon de la table (répéter 10 fois, minimum 3 fois/jour). Le second "auto-mobilisation en flexion" consiste à faire glisser le talon sur la table jusqu’à 90° de flexion.

La phase d’autonomie s’étend sur 3 semaines. Il faut sevrer les cannes et accentuer les exercices de marche pour récupérer progressivement la force musculaire. Les exercices type "presse" débutent à 1 mois et ceux d’équilibre (proprioception) sont réalisés debout sans douleur si le tonus du quadriceps est suffisant.

De 6 semaines à 4 mois, le renforcement musculaire débute. Il faut rester prudent car la plastie est en remodelage. Nous cherchons, outre la récupération de la force, une reprise progressive de l’activité grâce à la proprioception et une reprise d’appuis dynamiques (sans changement de direction).

La "Réathlétisation" dure jusqu’au 6ème mois environ : la charge de travail est augmentée, les exercices de sauts et d’appuis sont introduits. La réadaptation est orientée vers la spécificité du geste sportif du patient. La reprise de l’entrainement est progressive et adaptée. Les sports avec pivots restent interdits jusqu’à l’autorisation du médecin.

Quoi de plus au centre médical de Clairefontaine ?
Dans la première phase, nous utilisons le Game-ready qui associe la compression au froid. Son action antalgique contribue à diminuer l’œdème local. La balnéothérapie est débutée rapidement, elle détend le patient et permet de travailler la marche, la flexion de genou et les cicatrices. Le travail excentrique (freinage) des ischio-jambiers commence à 2 semaines via l’isocinétisme. Au départ, à vitesse lente 10°/s en évoluant vers des vitesses plus rapides 30°/s, 40°/s. Le centre médical possède 3 machines isocinétiques permettant d’avoir différents biofeedback. A 2 mois, débute le travail concentrique du quadriceps sur machine isocinétique avec l’anti-tiroir et à vitesse élevée (1ère séance : 5x6 rép à 300°/s). Nous diminuons les vitesses petit à petit pour atteindre 60°/s, la vitesse du test isocinétique.

A 3 mois post-opératoire, si le genou est sec et indolore, un TEST ISOCINETIQUE est effectué : c’est pour nous un des critères de reprise de course et cela permet de guider la poursuite du renforcement. Il consiste à évaluer la force musculaire maximale. Il y a trois vitesses de test : 60°/s, 240°/s et en excentrique ischio-jambiers 30°/s. Nous comparons le coté opéré au sain, nous regardons aussi l’équilibre entre le quadriceps et les IJ. L’équipe du centre médical établit un plan de reprise de course et de travail d’appuis. Le préparateur physique propose, lui, des exercices types "gamme athlétique". Si nécessaire le renforcement musculaire est continué et suivi d’un autre test 1 mois après. La reprise progressive de l’entraînement peut être proposée à 6 mois si tous les paramètres cliniques du genou sont bons.

Dans les cas de ligamentoplastie plus complexes (avec atteinte de ménisque, cartilage, ...), l’ALTER G (tapis de course) permet une décharge partielle du sportif et donc une reprise de course en gérant le poids de corps et la vitesse de course.